• La Sicile (2ème partie)

    <Page précédente                                                                      Page suivante> 

     

    Lundi 1 octobre 2012 - De Mozia à Palerme

     La Sicile (2ème partie)Nuit calme sur ce petit parking, que nous quittons à 9h10.

    Le temps est couvert et la température est de 23°.

    Par une belle route en lacets, mais parfois dans les nuages, nous atteignons Erice à 700 m d'altitude.

    C'est un joli village médiéval et nous parcourons ses ruelles pavées. La spécialité locale est la pâtisserie à base de pâte d'amande et nous en faisons provision. Malheureusement pour vous elles ne se conservent pas longtemps et nous sommes obligés de les consommer rapidement.

    Les nuages qui entourent la colline ne nous permettent pas d'apprécier la vue sur le littoral qui doit être splendide si on en croit les guides. Bon, on reviendra pour la vue... ou pas !

    Nous redescendons de ce nid d'aigle pour nous rendre à San Vito lo Capo.

    Peu avant d'y arriver, nous nous arrêtons à la Baia Sainte Marguerite, pour déjeuner au bord de la plage. La température est remontée à 30°, mais le ciel alterne nuages et éclaircies.

    Nous continuons jusqu'à San Vito lo Capo, mais cette station balnéaire ne nous charme pas et nous repartons aussitôt en direction de Palerme. Quelques gouttes de pluie tombent, mais rien de bien méchant.

    Palerme !

    On ne sait pas ce qui nous attend là-bas. Nous avons lu et entendu tout et son contraire. Très sale, très pauvre, mal fréquentée, mafia, centre historique très beau et propre, circulation impossible, etc.

    Nous avons une petite appréhension pour y aller.

    Nous avions l'intention de prendre la SS 186 qui permet de rentrer dans Palerme par le sud où se trouve l'aire de stationnement que nous avons choisie, mais la route est coupée et nous sommes contraints de prendre l'autoroute qui nous fait entrer dans Palerme par l'ouest.

    De ce fait nous devons traverser toute la ville, à 17h!

    Très grosse affluence, beaucoup de voitures en double file pour la sortie des écoles, scooters qui se faufilent et doublent par la droite ou la gauche, il faut faire très attention quand on doit changer de file ou de direction. Les stops ne sont pas respectés et la priorité est à celui qui s'impose aux autres.

    Tout ça dans un déluge de klaxons et de pétarades.

    On adopte le même style de conduite et, tant bien que mal, on arrive au Green Park où nous allons passer 2 nuits (N 38.10977, E 13.34247, 20 €, tous services, douches froides).

    Nous nous installons puis nous partons à pied en reconnaissance vers le centre historique.

    L'entrée de la vieille ville n'est qu'à 500 m du parking, mais elle est assez étendue.

    Nous profitons de Palerme illuminée.

    L'ambiance semble tranquille, il y a peu de monde dans les rues, mais nous avons été marqués par la présence de policiers équipés de gilets pare-balles et de mitraillettes.

    Nous terminons la soirée dans un restaurant conseillé par le routard et sur le retour vers l'aire de stationnement, nous nous offrons une bonne glace en récompense de nos efforts pédestres.

    Nous avons fait 209 km aujourd’hui. Cumul en Italie 3807 km.

    Lancer le diaporama et cliquer sur les 2 flèches en diagonale pour voir les photos plein écran.

     

    Mardi 2 octobre 2012 - Palerme

     

    Malgré sa situation en plein secteur urbain (l'aire est entourée par des immeubles), la nuit a été calme.

    Nous partons tôt (9h) pour visiter les catacombes des Capucins qui ne sont qu'à 5 mn du Green Park.

    C'est très impressionnant ! Ce sont 8000 corps qui sont alignés, debout ou couchés, vêtus de leurs habits d'époque. A voir !

    On n'a pas le droit de photographier à l'intérieur aussi ces photos sont faites d'après des cartes postales © Smeraldi Edizioni.

    Un peu retournés par ce spectacle nous nous dirigeons ensuite vers le Palazzio dei Normanni.

    La gratuité de l'entrée nous est accordée au vu de notre grand âge et nous pouvons visiter la magnifique Chapelle Palatine, toute de mosaïque et de dorures et les appartements royaux qui sont maintenant le siège de l'assemblée régionale.

    Il pleut à verses lorsque nous sortons et nous n'avons rien pris pour nous couvrir.

    Bien à propos les vendeurs à la sauvette qui proposent des souvenirs de pacotille aux touristes ont prestement bâché leurs étals et proposent à la place des parapluies.

    C'est donc lesté de 2 nouveaux parapluies (notre collection s'agrandit!) que nous rejoignons la cathédrale pour une visite intérieure décevante. Nous déjeunons de street food et, la pluie ayant cessé, nous passons l'après-midi à déambuler dans les ruelles et venelles du quartier historique qui nous conduisent au port.

    Un bus nous rapproche de notre domicile à roulettes, que nous rejoignons bientôt, non sans avoir repris des forces sous forme d'une bonne bière, à la terrasse d'un petit bistro de quartier, où nous profitons pour acheter des panini pour le soir.

    Nous avons fait 0 km aujourd’hui. Cumul en Italie 3807 km.

    Lancer le diaporama et cliquer sur les 2 flèches en diagonale pour voir les photos plein écran.

     

    Mercredi 3 octobre 2012 - De Palerme à Oliveri

     

    Le ciel est redevenu tout bleu ce matin et la température monte à 27°.

    Cette 2ème nuit a été calme également malgré une pétarade hier soir qui nous a fait craindre une fusillade. Mais l'absence de sirènes de police nous a plutôt fait penser à des pétards. On ne saura jamais la vérité.

    Au moment de quitter Palerme, nous faisons un petit bilan.

    Tout s'est bien passé. Nous n'avons eu, à aucun moment, l'impression d'être en insécurité. Toutefois la présence de policiers lourdement armés nous amène à penser que le risque d'attentats envers les juges et policiers est bien réel, mais que les touristes ne risquent rien ou presque.

    Les bâtiments historiques sont bien conservés, mais dès qu'on s'éloigne des grandes artères, les bâtiments sont décrépis et mal entretenus.

    La propreté dans le centre historique est relative, même si des efforts sont faits autour des grands monuments, mais dès qu'on entre dans les ruelles, ce ne sont que poubelles qui débordent, papiers gras et bouteilles vides qui jonchent le sol, vieux meubles laissés sur place. En dehors du centre historique, c'est la même chose.

    La circulation est difficile, mais on s'adapte et en conduisant comme les Italiens, on réussit à se faire sa place dans le trafic.

    La Sicile (2ème partie)Nous prenons la direction de Monréale pour visiter la cathédrale et le cloître que nous trouvons magnifiques.

    Nous quittons Palerme et sa région pour aller à Cefalù (prononcer Céfalou).

    La route suit la côte et nous fait découvrir de très beaux points de vue.

    Nous déjeunons sur le front de mer, mais nous apprenons que le stationnement y est interdit aux CC. Quand nous voulons le garer pour visiter la cité, c'est 15 € qui nous sont demandés pour 24h indivisibles. N'ayant l'intention que d'y rester 2h, nous nous échappons de ce piège à touristes. Cefalù n'aura pas nos sous !

    On continue de suivre la côte toujours aussi belle, par la route côtière.

    Après un arrêt forcé (un scooter n'a pas su s'arrêter et nous est rentré dedans), Nous nous rendons à Oliveri pour passer la nuit au camping ACSI Marinello.

    Nous avons fait 222 km aujourd’hui. Cumul en Italie 4029 km. 

    Lancer le diaporama et cliquer sur les 2 flèches en diagonale pour voir les photos plein écran.

     

    Jeudi 4 octobre 2012 - De Oliveri à Messine

     La Sicile (2ème partie)Beau temps dès le matin mais la température devient supportable (25° à 10h).

    Nous quittons ce camping de bord de mer où nous avons pu bénéficier du wifi gratuitement.

    C'est notre dernier jour en Sicile.

    Nous longeons la côte nord qui est très belle sous le soleil et le ciel bleu. Nous allons jusqu'au Capo di Milazzo et faisons un petit arrêt dans Milazzo qui est une ville très vivante. Nous continuons, traversons une vaste zone industrielle et filons vers Torre Faro, pointe nord-est de la Sicile et point le plus proche du continent. Ici le détroit de Messine ne mesure que 3300 m.

    Malgré la saison bien avancée nous pouvons voir que la végétation est toujours en fleurs : lauriers-roses, bougainvilliers, hibiscus, ficus géants, etc.

    Nous nous dirigeons ensuite vers Messine et, quelques km avant la ville, nous nous arrêtons sur un parking pour déjeuner, face à la côte italienne.

    Nous rejoignons l'embarcadère avec dans l'esprit les difficultés que nous avions eues pour traverser Messine à l'aller.

    Mais en arrivant du nord, c'est beaucoup plus facile puisque les quais de la compagnie que nous avons choisie (Caronte) se situent juste à l'entrée de ville.

    Nous n'avons pas à faire la queue au guichet puisque nous avons déjà notre billet, et nous embarquons immédiatement dans un ferry plus gros que celui de l'aller. Pas d'attente donc et le ferry appareille presque aussitôt.

    Arriverderci Sicilia...

    Lancer le diaporama et cliquer sur les 2 flèches en diagonale pour voir les photos plein écran.

     

    <Page précédente                                                                      Page suivante> 

    http://ekladata.com/i4ehjCQoAsITw9N_g4RgXn9dplU.png