• Naples et les environs

    <Page précédente                                                                    Page suivante> 

     

    Lundi 8 octobre 2012 - Naples

    Naples et les environs Aujourd'hui Naples est au menu !

    Nous quittons le camping vers 9h30 sous le soleil et arrivons à la gare toute proche pour acheter un billet valable une journée et voir partir le train sous notre nez. Ce n'est pas bien grave car il y en a un toutes les demi-heures.

    C'est donc un peu avant 11h que nous débarquons à la gare principale de Naples après 40 mn de trajet.

    Naples, c'est comme Palerme, on a entendu tout et son contraire.

    Nous allons juger par nous-mêmes.

    Dès la gare nous sommes happés par la foule qui descend des trains. Nous achetons des timbres et nous oublions de prendre un plan des transports. A pied nous suivons un peu le circuit décrit par le guide Vert, mais rapidement nous nous égarons volontairement dans les petites ruelles du vieux Naples. Dans ces rues étroites, les scooters nous frôlent, les voitures cherchent quand même à passer malgré la faible largeur, tout ça dans des pétarades et des klaxons, aussi nous sommes vigilants. Nous voyons un tas de petites échoppes : menuisier, imprimeur, garagiste dont on ne sait comment font les voitures pour entrer.

    Exception culturelle à notre flânerie, nous visitons la cathédrale.

    Puis nous nous arrêtons sur une placette et assistons à la sortie d'une école. Les enfants sont tous habillés en blanc et bleu. Certaines mères emportent les enfants sur un scooter : un sur le siège arrière, qui n'a pas les pieds sur les repose-pieds, l'autre debout à l'avant, se tenant au guidon, avec le sac de courses entre les jambes. Tout ça le plus souvent sans casque, évidemment. Avisant un petit restaurant pour les travailleurs du quartier, nous y mangeons simplement, copieusement, pour un prix dérisoire.

    Nous continuons notre balade et nous arrivons dans le quartier des ateliers des presepi, les célèbres crèches napolitaines. On peut y voir certains artisans au travail.

    D'autres boutiques se sont spécialisées dans la figurine représentant les personnages publics, politiques et célébrités. Berlusconi n'a plus la côte car sa figurine est bradée à -50% !

    Tout en flânant nous retournons à la gare en arpentant des ruelles où le linge pend à travers la rue, où on monte ses courses à l'aide d'un panier suspendu à une ficelle, où on s'interpelle d'un balcon à l'autre, où grouille la vie du petit monde napolitain.

    A la gare, après avoir récupéré un plan des transports, nous prenons le bus pour atteindre le funiculaire qui nous emmène au château Sant'Elmo, sur la terrasse duquel on a une vue superbe sur Naples et sur la baie. On ne sait pas pourquoi, mais l'entrée au château était gratuite pour tout le monde !

    Nous redescendons vers la ville basse et vers la gare, dans la cohue de la fin de journée et nous reprenons le train vers Pompei pour rejoindre notre camping.

    Après ces 2 jours de suite en visites, nous ne sentons plus nos jambes.

    Nos impressions sur Naples :

    Nous avons trouvé une ville, certes pas super clean, mais nous n'avons pas vu de tas d'ordures qui débordent, la circulation ne nous a pas paru pire qu'à Palerme, les habitants ont été aussi accueillants que dans le reste de l'Italie.

    A part la cathédrale nous n'avons rien visité, préférant flâner dans les rues et nous imprégner de l'atmosphère. Nous ne le regrettons pas, bien que certains monuments soient intéressants et méritent une visite.

    Au niveau sécurité : rien à signaler. La police est présente, mais sans gilets pare-balles comme à Palerme. Nous n'avons jamais eu d'appréhension ni de peur, ni de sentiment d'insécurité, même dans les endroits hyper-fréquentés comme la gare.

    Bien sûr nous n'avons pas laissé nos sacs sans surveillance, nous n'avons pas affiché de bijoux de valeur, nous n'avons pas laissé traîner nos appareils photos, d'ailleurs depuis cette année nous avons chacun un pocket qui se glisse facilement et discrètement dans la poche.

    Nous nous sommes comportés comme chaque fois qu'on visite une grande ville, en France ou en Europe : vigilance et discrétion et surtout ne pas céder à la paranoïa.

    Nous avons fait 0 km aujourd’hui. Cumul en Italie 4656 km.

    Lancer le diaporama et cliquer sur les 2 flèches en diagonale pour voir les photos plein écran.

     

    Mardi 9 octobre 2012 - Côte Amalfitaine

    Naples et les environs Il fait beau ce matin, mais quelques nuages apparaissent dans le ciel et la journée sera faite d'alternance de soleil et de nuages.

    3ème jour dans la région de Naples, nous allons visiter la côte amalfitaine.

    C'est une portion de côte au sud de Naples, autour de la ville d'Amalfi qui a la particularité d'être en corniche au-dessus de la mer et d'offrir de beaux points de vue.

    Malheureusement cette route est INTERDITE AUX CAMPING-CARS ! à cause de son étroitesse.

    Nous prenons l'option d'aller en train jusque Sorrento, puis de faire une croisière jusqu'à Amalfi pour voir la côte depuis la mer, de revenir en bus d'Amalfi à Sorrento pour parcourir la corniche et enfin retour en train vers Pompei.

    Comme d'habitude, nous ne sommes pas très en avance et nous partons vers 10h pour prendre le train de 10h15. Nous arrivons à Sorrento vers 11h (les trains italiens ne sont pas toujours ponctuels).

    A l'office du tourisme on nous apprend qu'il n'y a qu'un bateau à 10h30 (trop tard!) et un autre à 15h.

    En attendant 15h nous nous promenons dans Sorrento qui se révèle une ville très agréable et très animée malgré la saison déjà bien avancée. Nous déjeunons sur le port et à 15h nous embarquons sur une vedette rapide.

    Elle met d'abord le cap sur Capri, ce qui nous permet d'en voir une petite partie qui paraît très belle. Mais nous avons pris l'option de ne pas nous y rendre.

    La vedette repart ensuite pour Positano en longeant la côte.

    Malgré l'absence de soleil qui rehausserait les couleurs, on peut voir que la côte est très belle, très découpée avec ses rochers tombant en à-pic dans l'eau et ses villages aux maisons blanches accrochés aux montagnes.

    A Positano nous échangeons quelques voyageurs et nous repartons pour Amalfi.

    Après 1h30 de croisière nous débarquons à Amalfi, petite station coincée dans un petit vallon.

    Nous ne prenons pas le temps de visiter car notre but est de parcourir la route en bus, et en cette saison la nuit tombe vite.

    Le temps de nous rafraîchir et de prendre nos billets, et nous sautons dans le bus en partance pour Sorrento, en prenant bien soin d'occuper des places à gauche, c'est-à-dire du côté de la mer. D'ailleurs dans ce bus presque tout le monde est assis à gauche.

    Nous comprenons pourquoi la route est interdite aux CC quand nous voyons le gymkhana auquel se livrent les voitures quand elles croisent notre bus. Lui ne recule jamais, c'est aux autres à reculer, se garer, se serrer contre la paroi ou la rambarde qui sépare du précipice, car l'étroitesse de la route permet rarement de se croiser sans manoeuvres.

    Mais quelle belle route !

    En 1 h 30 nous sommes rendus à Sorrento et nous nous promenons dans les rues où se presse une foule de vacanciers, en attendant l'heure de notre train.

    A 20 h 10 nous sommes à bord et de retour au camping vers 20 h 45.

    Il se met à pleuvoir.

    Nous avons fait 0 km aujourd’hui. Cumul en Italie 4656 km.

    Lancer le diaporama et cliquer sur les 2 flèches en diagonale pour voir les photos plein écran.

     

    Mercredi 10 octobre 2012 - De Pompei à Pozzuoli

     Naples et les environsIl a bien plu la nuit dernière, et ça fait baisser un peu la température, mais ce matin le ciel est bleu avec un peu de nuages.

    A 10h nous quittons le camping en direction du Vésuve. Mais il a la tête dans les nuages et nous pensons que nous ne verrons pas grand-chose là-haut.

    Nous abandonnons l'idée de nous y rendre et nous nous dirigeons vers Pozzuoli, au camping Vulcano Solfatara qui a la particularité d'être installé dans le cratère d'un volcan.

    L'entrée au camping n'est pas large et il n'y a pas plus d'un cm de chaque côté des rétroviseurs qui ne se rabattent pas sur notre Hymer (si quelqu'un sait comment les rabattre, nous sommes preneurs du tuyau).

    Le camping est effectivement situé dans le cratère d'un volcan (éteint?), dont la majeure partie est occupée par des solfatares.

    Les solfatares sont des jets de vapeurs sulfureuses venant de sous la terre à 150°. En s'échappant ils déposent une couche de soufre sur les pierres alentour. Au milieu du cratère il y a une mare de boue blanche qui bouillonne sous l'effet des gaz.

    Tout ça dans une odeur de soufre et d'oeuf pourri. Heureusement le vent ne porte pas vers le camping.

    C'est quand même impressionnant à voir ces fumerolles qui s'échappent de la terre.

    Après avoir visité le cratère nous passons une après-midi tranquille à nous reposer.

    Le temps est redevenu chaud avec 30° cette après-midi.

    Nous avons fait 59 km aujourd’hui. Cumul en Italie 4715 km. 

    Lancer le diaporama et cliquer sur les 2 flèches en diagonale pour voir les photos plein écran.

     

    Jeudi 11 octobre 2012 - De Pozzuoli à Rome

     Naples et les environsC'est encore sous le soleil et une température de 20° que nous quittons le camping ce matin à 10h.

    Il faut encore viser juste pour sortir du camping car l'accès n'a pas été élargi pendant la nuit.

    Nous prenons la direction de Rome, par la côte.

    Arrêt à Formia pour faire quelques courses sur le marché et nous reprenons une belle route qui longe la mer.

    Lors d'un arrêt dans un supermarché pour compléter le ravitaillement, le marche-pied ne veut plus se relever. Démontage de l'interrupteur, source présumée de la panne puisque les spots qui sont commandés du même interrupteur ne fonctionnent pas non plus, test des fils, mais les faibles connaissances de Jacques en électricité atteignent vite leurs limites. En désespoir de cause, Jacques s'apprête à faire un branchement de fortune en tirant un fil directement depuis la batterie lorsque, miracle, le marche-pied remonte enfin.

    On reprend la route en se disant qu'il vaut mieux qu'il reste levé que baissé !

    La chaleur est revenue et 29° s'affichent au thermomètre.

    Nous nous arrêtons au bord de la mer pour déjeuner, en prenant bien soin de ne pas baisser le marche-pied, puis direction Rome.

    Le temps se dégrade et nous essuyons quelques gouttes.

    Nous avons choisi de séjourner dans un camping ACSI plutôt qu'une aire de camping-cars parce que, pour un prix similaire, nous pourrons bénéficier des services complets que nous n'avons que partiellement sur les aires.

    Le camping choisi est le camping Happy Village situé au nord de Rome, juste après le périphérique.

    Le contournement de Rome par la tangenziale se fait sans problème avec une circulation chargée mais fluide.

    Nous nous installons et finissons l'après-midi au camping quand nous voyons arriver un couple de Ccistes français déjà rencontré au camping Zeus de Pompei.

    Ils sont là depuis hier et c'est l'occasion de s'échanger des tuyaux devant un verre de rosé.

    Nous avons fait 257 km aujourd’hui. Cumul en Italie 4972 km.

    Lancer le diaporama et cliquer sur les 2 flèches en diagonale pour voir les photos plein écran.

     

    <Page précédente                                                                    Page suivante>